Comment boire un Whisky ?

Avant de commencer, quelques règles sont à respecter; le whisky n’est pas une boisson qui se savoure n’importe comment.

D'abord, ne vous avisez pas, devant un écossais, de mettre du Coca ou de l'eau gazeuse dans votre verre de whisky. D'ailleurs, un proverbe assure qu'il est deux choses que les écossais préfèrent nues, et que l'une d'elles est le whisky. Cette pernicieuse habitude de mélanger le whisky avec n'importe quoi, importée des États-Unis, choque les vrais amateurs. Le traditionnel toast écossais se porte en disant "Slainte Mhath" qui se prononce à peu près Slan-Gee-Va.

Le whisky, ce n'est pas une boisson que l'on boit quand on a soif. Bref, ça demande un peu de savoir-vivre. Seule exception à la règle: on peut allonger son whisky d'un peu d'eau fraîche (non gazeuse). En Écosse, l'étranger se trahit souvent quand il commande un whisky dans un pub, même si le garçon le comprend, le terme habituel étant: a dram; une mesure de whisky ordinaire.

Si vous servez un whisky dans un tumbler ou un gobelet bas, comme c'est souvent le cas, il se forme en surface du divin breuvage une pellicule tendue d'alcool qui empêche les arômes et fragrances de se développer. Versez quelques gouttes d'une eau fraîche et neutre (surtout pas d'eau pétillante ou de glace). La pellicule de surface explosera et libérera tous les arômes sans nuire au goût. Attention à verser l'eau le long de la paroi du verre plutôt qu'en plein milieu.

Le verre idéal pour déguster un bon whisky est sans conteste le verre à sherry, appelé aussi Copita, en forme de tulipe allongée et légèrement refermé sur le dessus.

Si vous goûtez un whisky brut de fût (Strenght cask), titrant plus de 45° d'alcool, vous devez veiller à ne pas prendre de grosse gorgée en bouche sous peine d'anesthésier complètement les papilles gustatives. Vous risquez aussi de voir des étoiles et de cracher des flammes dignes d'un dragon. Pour un whisky de ce type, il faut creuser la langue et y déposer une goutte que vous laissez quelques secondes s'évaporer dans la bouche. Une fois les alcools les plus volatiles dissipés, vous pourrez apprécier tout le bouquet de votre malt à sa juste valeur.

Une fois servi, prenez votre verre par son pied, présentez-le à la lumière et observez la couleur de la robe. Les variations de couleur des whiskies vont du jaune paille le plus clair au rouge sombre. Inclinez le verre pour amener le whisky jusqu'au bord et redressez-le. Regardez maintenant le whisky s'écouler le long de la paroi, ses jambes vont être plus ou moins longues, dépendant du caractère huileux de son corps. Toujours, il coulera de façon fluide et élégante sans jamais laisser de traces disparates.

Portez la copita au nez et délicatement, sans brusquerie aucune, humez ses arômes. Tantôt floraux, fruités, épicés, salés, médicinaux, tourbés, résineux...la palette d'arômes du whisky est infinie. Essayez de deviner la dominante de nez, vous verrez, ce n'est pas si simple.

Portez enfin le verre à la bouche et prenez une petite gorgée en bouche, laissez-la mariner un peu sur la langue puis promenez-la en bouche. L'alcool s'évapore et les premières notes de goût apparaissent. Avalez alors cette première gorgée et les notes suivantes vont apparaître pour ensuite laisser la place à la finale. Courte ou longue, elle pourra être délicate ou entêtante, boisée, fruitée, épicée...
Si votre Single Malt a été fini dans un fût de vin comme le Sassicaia, Bordeaux, Côte de Beaune ou autre, c'est maintenant que cela va apparaître.

Certains single malt ont une finale tellement longue et envahissante qu'il faudra à tout prix éviter de boire ou manger quoique ce soit d'autre après, vous ne le goûteriez plus.

 

Bienvenue dans le monde du Whisky !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site